vendredi 9 février 2018

IDH : l'Afrique mauvais élève à l'exception de quelques pays...


Le tableau ci-dessous indique l’IDH des cinquante-quatre pays d’Afrique, à l’exception de la Somalie, dans l’ordre décroissant (données de 2014).
Dans le classement du PNUD, la répartition est la suivante :
Développement humain très élevé : 0 ;
Développement humain élevé : 5 ;
Développement humain moyen : 12 ;
Développement humain faible : 36.
Ils sont ici classés de façon différente, selon la méthode des quartiles : premier quart africain, deuxième quart africain, etc. (source Le monde, blog de Langlois)

Cliquez sur le tableau pour mieux voir.




Il convient  de rappeler que :
L'indice de développement humain est calculé depuis 1990 par le "Projet des Nations Unies pour le Développement" (PNUD) afin de classer les pays selon leur développement qualitatif et pas uniquement économique. Le PNUD définit ainsi l'IDH :

"L'indicateur de développement humain mesure le niveau moyen auquel se trouve un pays donné selon trois critères essentiels du développement humain : longévité, instruction et conditions de vie."

L'IDH (HDI, human development index, en anglais) est calculé par combinaison de trois autres indicateurs :
  • l'espérance de vie à la naissance,
  • l'accès à l'éducation,
    L'accès à l'éducation est mesuré par le taux d'alphabétisation des adultes 
      (Taux d'alphabétisation des adultes : Pourcentage des personnes âgées de 15 ans et plus sachant écrire et comprendre aisément un texte court et simple traitant de la vie quotidienne.)
    et par le taux combiné de scolarisation dans le primaire, le secondaire et le supérieur.
  • le PIB par habitant (en logarithme et calculé en parité de pouvoir d'achat).
campagne de "déguerpissement" de quartiers à risque à Abidjan(2014)Photo AFP



un quartier en Guinée 



Concernant l'Afrique, on est loin du compte. Les Etats doivent penser plus aux populations qui  sont les garants d'une bonne santé économique car quand le peuple est bien c'est le pays qui avance ainsi que son économie.


Eveline Soumah
Soyez les bienvenus Cliquez ICI

mardi 30 janvier 2018

Iveco va livrer 50 bus au gaz naturel en Côte d'Ivoire


Iveco va livrer 50 exemplaires de son Bus à Haut Niveau de Service Crealis GNV à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Une première en Afrique !

Intégrée à une commande plus large portant sur 450 bus, ce contrat historique conclu en Côte d’Ivoire consolide la présence du constructeur dans le domaine du gaz naturel. Associés à 400 Crossway LE, ces 50 Crealis au gaz naturel rejoindront la flotte de Sotra, la société des transports abidjanais.

Longs de 18 mètres, ces 50 Bus à Haut Niveau de Service (BHNS) alimentés au gaz naturel comprimé (GNC) desserviront l’ensemble de l’agglomération et offriront davantage de confort et de services aux voyageurs.

A Abidjan, cette nouvelle flotte de bus au gaz naturel offrira des bénéfices significatifs en matière d’émissions polluantes avec des émissions de CO2 réduites de 10 à 15 %, un niveau d’émissions de particules fines proche de zéro et un niveau de Nox réduit de 60 % par rapport aux limites de la norme Euro 6.

Gaz mobilité 
Cliquez ICI





dimanche 31 décembre 2017

Les premières voitures électriques solaires made in Togo





Economie, La société togolaise “Le monde de l’énergie” innove dans la fabrication de voiture. Elle a mis sur le marché des voitures écologiques et économiques.

Soyez aux faits d'une Afrique qui avance Cliquez ICI




Côte d'Ivoire - Ferkessedougou : Handicapé, il fabrique lui même ses voitures



Côte d'Ivoire : Handicapé, Flana Soro  fabrique lui même ses voitures

Handicapé, illettré et aujourd'hui âgé, Flana Soro fabrique lui même ses voitures.

Soyez aux faits d'une Afrique qui avance  Cliquez ICI






samedi 30 décembre 2017

Togo : E-AgriBusiness, une technologie au service du monde agricole



E-AgriBusiness, une technologie au service du monde agricole

Le monde agricole a désormais une application innovante pour une gestion plus rationnelle de ses productions surtout en terme de rentabilité. E-AgriBusiness, puisque c'est d'elle qu'il s'agit, est en effet une plateforme de mise en relation des acteurs du secteur agricole (paysans, acheteurs,l'Etat et ses partenaires). Officiellement lancée le 10 mai 2017 à Lomé par le Centre Local d'incubation Numérique-CLIN, elle permettra aux agriculteurs d'éviter des pertes de récoltes en trouvant rapidement des preneurs, avoir accès à un marché vaste et de pouvoir vendre leurs produits à un prix acceptable.

Soyez aux faits d'une Afrique qui avance . Pour rejoindre la communauté Cliquez ICI